Anti-discrimination

La discrimination ou plutôt le principe de la non-discrimination représente également un volet de travail non-négligeable de notre service. Ce volet reste cependant souvent moins visible.

Le Grand-Duché dispose d’ailleurs d’un cadre législatif protégeant toutes sortes de minorités ou de manière plus générale, des publics sujets à la discrimination, dont l’orientation sexuelle fait partie. Pour reprendre depuis le début, nous devons expliquer qu’en 2000, l’Union Européenne a élaboré 2 directives anti-discriminatoires que les différents Etats membres de l’UE devaient transposer dans leurs lois nationales respectives. Depuis novembre 2006, le Luxembourg a donc transposé ces deux directives de manière à protéger les 5 motifs de discrimination définis à l’époque et ce, dans tous les domaines de la vie. Ces motifs comprennent, l’âge, le handicap, l’origine éthnique, les convictions religieuses et l’orientation sexuelle. Le genre, donc le principe de l’égalité de traitement entre homme et femme, fait l’objet de propres directives.

De même, dans chaque état membre existe un groupe de travail national, visant à promouvoir le principe de la non-discrimination et de sensibiliser les citoyens concernant leurs droits. Dans ce sens et ensemble avec un vaste réseau de partenaires, notamment l’OLAI, le CET, Info Handicap, le CGJL, et beaucoup d’autres, le CIGALE est régulièrement investi dans toutes sortes de projets en relation avec la discrimination.

Toute personne intéressée peut s’informer auprès de notre service qui dispose d’une documentation diversifiée en rapport avec le sujet.